Les principaux problèmes de peau liés au diabète de type 1

Date
Partager

Les conséquences du diabète sur notre santé sont parfois méconnues. Vous vous plaignez d’une peau sèche, de démangeaisons ou encore de mycoses à répétition ? Il se peut que votre diabète soit responsable ! Découvrez les principaux problèmes cutanés causés par le diabète.

Glycémie et acné

Le lien entre diététique et acné a fait l’objet de nombreuses études¹. Ainsi, la consommation de produits sucrés a été reliée à un plus grand risque d’acné. Un diabète mal équilibré à l’adolescence, période où le traitement par insuline est parfois mal accepté, pourrait donc être responsable d’une acné plus sévère. Une acné qui peut persister au-delà de l’adolescence, du fait des troubles hormonaux dont le diabète peut être responsable. Soigner son alimentation autant que son diabète permettront de limiter ces effets.

Peau sèche et démangeaison

Le diabète, surtout quand il n’est pas équilibré, peut-être responsable d’une sécheresse de la peau. En cause : une déshydratation due à l’élimination du sucre excédentaire par les urines. Cette sécheresse est alors responsable de démangeaison. Le diabète est par ailleurs lié à des troubles de la circulation sanguine qui peuvent aussi être responsables de démangeaisons, surtout au niveau des jambes et des pieds. 

Les bactéries à l’affût

Plusieurs types d’infections peuvent affecter la peau. Ces infections très courantes voient leur fréquence augmenter en cas de diabète, en raison de la diminution de l’immunité et de la sécheresse cutanée. On retrouve ainsi un risque plus important d’avoir des orgelets, des furoncles, des folliculites ou encore des panaris. La bactérie fréquemment responsable appartient au genre Staphylocoque. Pour éviter ces infections, prendre soin de sa peau devient alors indispensable, notamment en veillant à éviter les petites coupures, surveiller les zones de grattage, et les petites lésions des pieds notamment (ampoules etc..).      

Une complication redoutée est celle du pied dit “diabétique”. Elle trouve son origine dans une lésion cutanée passée inaperçue et qui rassemble souvent de nombreux éléments défavorables : altération de la sensibilité au niveau du pied, mauvaise vascularisation du pied, immunodépression, trouble de la cicatrisation et parfois infection. Cela en fait une plaie particulièrement difficile à traiter. Pour autant, les plus jeunes générations de patients vivant avec un DT1 sont moins à risque de développer cette complication ; grâce à une meilleure sensibilisation vis-à-vis de ce type de complication et une meilleure prise en charge globale du diabète. 

Les mycoses cutanées et vaginales

Sécheresse cutanée et muqueuse, augmentation du taux de sucre et diminution des défenses immunitaires, offrent aux champignons un terrain privilégié pour se développer sur la peau et les muqueuses. 

Les mycoses ont des zones de prédilection comme les zones de plis (aisselles, aines) et la sphère vaginale. Le diabète peut en effet être responsable d’une sécheresse vaginale et donc d’un déséquilibre de la flore, favorisant ainsi les mycoses. La sécheresse et la mycose vaginale peuvent être responsables d’une baisse de la qualité de vie, notamment sexuelle. Fort heureusement, de nombreux traitements existent et permettent de réduire l’impact de ce trouble sur la vie quotidienne.  

Des problèmes cutanés plus complexes

Le diabète de type 1 peut être associé à d’autres maladies auto-immunes. Sur le plan cutané, on peut ainsi citer le vitiligo, une pathologie de la peau ou des auto-anticorps vont détruire les mélanocytes, responsable d’une dépigmentation de la peau.

View this post on Instagram

In living colour 🌈💕🌴

A post shared by ♔Jamaican Canadian♔ (@winnieharlow) on

¹Pappas A. The relationship of diet and acne: A review. Dermatoendocrinol. 2009;1(5):262–267. doi:10.4161/derm.1.5.10192

Sur le même thème

Nous vous recommandons