Pour ou contre fêter son « Diabversaire » ?

Date
Partager

Lorsque l’on vit avec un diabète, le plus compliqué est souvent de l’accepter.  D’un côté, il y a les personnes qui font un déni et considèrent leur diabète comme étant leur pire ennemi·e.  De l’autre, celles qui se sont faites à l’idée de vivre avec un diabète et le voient comme un compagnon du quotidien. Pour celles-ci, quoi de plus naturel que de célébrer leur “Diabversaire” – “Diaversary” en anglais – soit l’anniversaire de leur diagnostic ? D’un gâteau à l’organisation d’une fête d’anniversaire, les manières de marquer le coup sont nombreuses.

Le “Diabversaire” ne fait pas l’unanimité

Toutes les personnes qui vivent avec un diabète de type 1 ne sont pas d’accord avec le principe du “Diabversaire”. Alors que certaines, comme Rémy, préfèrent oublier cette date parce qu’elle leur rappelle de mauvais souvenirs, d’autres, comme Betty, ne sont pas contre une fête mais pour… d’autres occasions : « J’assume totalement mes 27 ans avec le diabète, mais ça ne m’a jamais traversé l’esprit de fêter la date du diagnostic d’une maladie. En revanche, si un jour j’en guéris, je fais une méga fête ! ».

Certain·e·s DT1 avouent aussi avoir totalement oublié, le jour, le mois, voire l’année de leur diagnostic. Dans ce cas, le concept du « Diabversaire » leur traverse l’esprit… quand ils·elles voient les posts des autres sur les réseaux sociaux !

Le Diabversaire ou comment penser le DT1 positivement

Le “Diabversaire” peut paraître une idée saugrenue pour certain·e·s, comme pour Jean : « Je pense tous les ans à cette date mais sans jamais faire quelque chose de particulier mais à l’avenir, pourquoi pas ! ».

Pour d’autres, il peut être l’occasion de s’accorder quelques jours de répit dans le suivi strict que l’on peut s’imposer quotidiennement. C’est le cas de Sonia qui ne fait pas les choses à moitié et fête son “Diabversaire” plusieurs jours : « Je le fête tous les ans en prenant une semaine de vacances et en me faisant plaisir avec de la brioche, de la pâte à tartiner, des gâteaux…etc. Les bonnes habitudes ne reprennent que la semaine suivante. ». En voilà une idée !

Le “Diabversaire” peut être perçu et ressenti comme une victoire sur la maîtrise de la maladie chronique, il peut être le symbole de l’acceptation du diabète de type 1. Séverine, diagnostiquée depuis seulement 7 mois, projette son premier anniversaire : « Je pense que je vais le fêter pour mes 1 an, histoire de faire un pied de nez à cette plaie de maladie qui, au final, m’aura changée mais pas terrassée. Une petite victoire qui se fête un jour à la fois ! ».

Pour les personnes avec un diabète de type 1, le “Diabversaire” se vit comme un moment positif, qui apporte de la gaieté dans le vécu de la maladie.

Une occasion de penser à soi et de se lancer des défis

Qui dit anniversaire, dit cadeau ! N’est-ce pas une occasion de plus de se faire gâter ? Doris en reçoit de la part de ses proches : « Je fête aussi mon diabète tous les ans. Le diabète partage mon quotidien et, comme ce n’est pas toujours facile à gérer, cet anniversaire me permet d’y penser positivement. Cette année, j’ai même reçu un cadeau de la part de mon frère : des carrés de sucre et des goodies ! ».

Certain·e·s ambassadeur·rice·s du diabète (diabetes advocates en anglais) partagent même leur “Diabversaire” avec leurs communautés sur les réseaux sociaux. C’est le cas de Mathilde (Les aventures de Mathilde), véritable globetrotteuse qui, pour célébrer son “Diaversary” a fait un road-trip entre la Malaisie, Singapour et l’Indonésie. Sympa non ?

Elise et Anne, les fondatrices de Diab’Aide, ont, pour le 20e et 22e anniversaire du diagnostic de leur diabète de type 1, décidé de courir leur premier marathon. Elles ont, pour l’occasion, créé l’évènement « 1 year = 1 km ». Leur communauté a été invitée à se lancer un défi en participant à une course virtuelle, le 14 avril 2019, jour du marathon de Paris. Les participant·e·s ont dû s’inscrire sur l’évènement Facebook, parcourir ce jour-là 1 km (en courant, en marchant, en pédalant, en nageant, ou à dos de poney) et le prouver par le biais d’une application GPS de course. Vivre avec un diabète de type 1 n’était pas une condition de participation. Chaque challenger·euse victorieux·se a reçu une médaille et un tee-shirt.

Toute l’équipe Diabeloop souhaite un très joyeux “Diabversaire” à toute·s ceux·celles qui vivent avec un diabète de type 1 !

Sur le même thème