Quels liens entre diabète et fatigue ?

Date
Partager

La fatigue, mal du siècle, est aussi un symptôme très courant dans le diabète de type 1. Il est important de différencier la fatigue aiguë dont l’origine est généralement bien connue et la fatigue chronique, que l’on a parfois du mal à identifier et à combattre. 

Les excès de fatigue

La cause la plus courante de fatigue aiguë pour les DT1 est l’hypoglycémie. Symptôme parfois mal identifié d’une baisse de glucose dans le sang, le fameux “coup de pompe” doit vous inciter à contrôler votre glycémie. Cela est particulièrement vrai pour les personnes qui ressentent moins – ou plus du tout – les symptômes adrénergiques (causés par la sécrétion de l’adrénaline) de l’hypoglycémie tels que tremblements, transpiration, nausée, picotements… 

Comme avec le diabète, rien n’est jamais simple, l’hyperglycémie peut aussi être la cause d’une fatigue soudaine. D’autant plus si elle survient à la suite d’un repas riche et que la digestion s’en mêle. Dans ce cas comme dans le précédent, un contrôle glycémique permet d’en avoir le cœur net. 

Une fatigue chronique mal identifiée 

On parle de fatigue chronique quand elle est supérieure à 6 mois. Souvent mise sur le compte du stress, d’une trop grande charge de travail ou d’une période de vie difficile, la fatigue chronique¹ peut aussi être liée à un déséquilibre chronique du diabète. Il arrive fréquemment que la plainte finisse par être intériorisée ; les personnes vivant avec un DT1 ne font alors plus le lien entre diabète et fatigue.

L’hyperglycémie chronique génère pour l’organisme humain une situation de crise qui le pousse à vivre sur ses réserves. Incapable d’utiliser le glucose du sang comme source d’énergie, il brûle ses graisses et sa gestion énergétique est à l’économie. C’est l’utilisation excessive de ses réserves qui est à l’origine de la fatigue ressentie. 

Une meilleure équilibration glycémique permettra souvent d’en venir à bout.

Des causes parfois plus subtiles

La fatigue, quand on parle de diabète, n’est pas toujours une question d’équilibre glycémique. Bien que ces situations soient plus rares, elles doivent être prises en compte.

Le diabète de type 1 peut être lié à d’autres maladies auto-immunes comme une hypothyroïdie. La fatigue chronique peut alors être associée à une prise de poids, une hypothermie ou des troubles intestinaux. C’est pourquoi, dans le cadre d’un diabète de type 1, un bilan sanguin avec un dosage régulier de la TSH est réalisé pour détecter une maladie thyroïdienne.

Charge mentale et burnout

Maladie chronique qui requiert une gestion en continu et une attention de tous les instants, le diabète de type 1 représente une source de stress autant qu’une charge mentale pour les patients et leurs proches, pouvant parfois mener au « burn out ». Les personnes vivant avec cette maladie sont d’ailleurs plus sujettes à la dépression², laquelle peut s’installer à la suite de l’annonce du diagnostic ou après plusieurs années de diabète. La fatigue est alors une manifestation d’un mal-être ou d’une détresse psychologique à ne pas négliger.

¹Fritschi C, Quinn L. Fatigue in patients with diabetes: a review. J Psychosom Res. 2010;69(1):33–41. doi:10.1016/j.jpsychores.2010.01.021

²Diabetes Complications and Depressive Symptoms: Prospective Results From the Montreal Diabetes Health and Well-Being Study

Sur le même thème

Nous vous recommandons