L’insuline, LE traitement vital du diabète de type 1

L’insuline, LE traitement vital du diabète de type 1

Date
Partager

L’insuline, cette hormone vitale dont les rôles sont multiples, est aujourd’hui devenue un médicament avec des avancées scientifiques et techniques propres. Focus sur cette molécule indispensable.

L’insuline : c’est quoi ?

L’insuline est une hormone fabriquée par le pancréas, organe situé à l’arrière de l’estomac, par une catégorie particulière de ses cellules, les cellules bêta pancréatiques. Comme toutes les hormones, elle circule dans le sang et va agir à distance, au niveau des organes cibles, c’est-à-dire ici au niveau des muscles, du tissu adipeux (le “gras”) et surtout du foie, ce dernier étant une importante réserve en énergie. Son rôle est de faire rentrer le glucose absorbé et présent dans le sang au niveau des cellules.

Le diabète est caractérisé par une carence ou absence d’insuline. Le glucose, principale source d’énergie pour le corps humain, ne peut alors plus rentrer dans les cellules. Il reste dans le sang, avec pour principale conséquence, l’hyperglycémie. L’insuline est la seule hormone hypoglycémiante qui existe, c’est pourquoi elle est essentielle à la survie de l’espèce humaine.

Histoire de l’insuline

C’est en 1921 que le Dr Frederick Banting, chirurgien orthopédique particulièrement intéressé par le diabète et après de nombreuses lectures sur le sujet, a eu l’idée d’isoler des cellules de pancréas de chien, tout en gardant ces derniers vivants. Il a alors découvert que les chiens développent un diabète de type 1 en l’absence de pancréas, et que des injections d’extrait de leur pancréas permettaient de diminuer leur glycémie. Banting a reçu le prix Nobel de Médecine en 1923 pour sa découverte de l’insuline1.

D’où vient l’insuline aujourd’hui ?

Initialement isolée à partir de pancréas de chiens, la production d’insuline est par la suite devenue industrielle et prélevée chez le porc, mais elle présentait des risques de transmission d’infections. L’insuline moderne ne provient plus d’animaux : elle est obtenue depuis 1978 par génie génétique2, un procédé utilisé pour identifier, isoler, modifier et transférer des gènes d’un organisme. pour cela, on intègre l’ADN de l’insuline humaine dans des bactéries, qui la synthétisent ensuite à volonté. Il suffit ensuite de purifier les protéines et de les assembler pour obtenir une insuline identique à celle produite par le corps humain, de façon parfaitement sécurisée.

Traitement du diabète de type 1  : insuline ultra-rapide et ultra-lente

En raison des multiples injections initialement nécessaires, les nouvelles technologies ont permis de jouer sur les durées d’actions de l’insuline. L’industrie pharmaceutique progresse très vite en matière d’insuline, proposant d’année en année de nouvelles formules. Les insulines dites d’action rapide sont conçues pour mimer l’action immédiate de l’insuline biologique. Par ailleurs, il existe des insulines d’action lente, soit par ajout de protamine soit par modification de la structure de l’insuline. Aujourd’hui, il existe même sur le marché des insulines ultra-lentes, dont la durée d’action dépasse 24 heures. Ces insulines s’avèrent très stables au cours du temps. Toutefois, elles ne sont pas toujours adaptées aux besoins souvent changeants d’un individu tout au long du nycthémère. Il peut être alors nécessaire (et souhaitable) de passer à un traitement par pompe à insuline S/C qui va diffuser en continu de l’insuline rapide (soit analogue rapide, soit analogue ultra-rapide de l’insuline), permettant ainsi une adaptation plus fine du traitement du diabète de type 1. L’évolution devrait se faire dans les années à venir vers des systèmes de boucle fermée avec gestion automatique ou semi-automatique de l’administration d’insuline. 

La découverte de l’insuline et l’évolution des procédés de fabrication ont radicalement transformé le pronostic du diabète de type 1, qui était jusque-là une maladie mortelle, avec une réduction drastique de la mortalité depuis les années 603. Loin des petites fioles d’insuline difficiles à conserver d’autrefois, l’insuline s’injecte aujourd’hui à l’aide d’un stylo ou d’une pompe à insuline, donc beaucoup plus facilement qu’auparavant, ce qui est aussi un gage de sécurité.

1. https://www.nobelprize.org/prizes/medicine/1923/banting/biographical/

2. Celeste C. Quianzon and Issam Cheikh, “History of Insulin,” Journal of Community Hospital Internal Medicine Perspectives 2, no. 2 (July 16, 2012), https://doi.org/10.3402/jchimp.v2i2.18701

3. https://ajph.aphapublications.org/doi/pdf/10.2105/AJPH.55.3.416

Sur le même thème

Nous vous recommandons