Examens biologiques et analyses de suivi du diabète de type 1

Date
Partager

Le diabète est une maladie chronique. Il nécessite donc une surveillance biologique régulière permettant d’évaluer l’équilibre glycémique, mais aussi de détecter les complications, et surtout de les prévenir. C’est pourquoi analyses et diabète vont toujours de pair – les analyses sanguines notamment font partie intégrante des examens biologiques réguliers du suivi du diabète.

Hémoglobine glyquée (HbA1c)

L’HbA1c ou hémoglobine glyquée correspond au pourcentage d’hémoglobine ayant fixé le sucre dans le sang. Naturellement, ce pourcentage augmente si le taux de sucre augmente.

Cet examen de référence, réalisé en laboratoire d’analyses médicales, est très utile pour le bilan biologique du diabète. Il est le reflet de la glycémie des 3 derniers mois avant la prise de sang. Le pourcentage d’HbA1c est idéalement inférieur à 7,5 %, mais l’objectif est variable en fonction du profil de la personne vivant avec un DT1. Une hémoglobine glyquée trop élevée est le reflet d’un diabète mal équilibré, et donc plus sujet aux complications (reins, dents, pieds, sommeil, etc.).

Cette HbA1c dosée au laboratoire tend toutefois à être remplacée par l’HbA1c estimée par les systèmes de mesure continue du glucose (MCG) et qui elle, repose sur la mesure du taux de glucose toutes les 5 minutes.

Bilan lipidique : bon ou mauvais cholestérol ?

Pour analyser le cholestérol, les médecins réalisent un examen biologique appelé « exploration d’une anomalie lipidique » (EAL). Les éléments dosés sont le « bon » cholestérol (HDL), le « mauvais » cholestérol (LDL), ou encore les triglycérides, un autre type de lipides.

Même si ces corps gras sont indispensables à l’organisme, un excès de LDL, le mauvais cholestérol, peut être à l’origine de pathologies cardiaques ou d’AVC (Accident Vasculaire Cérébral). Cette hypercholestérolémie aggrave les lésions du diabète au niveau des artères, d’autant plus en cas d’hypertension ou de surpoids.

C’est pourquoi un contrôle lipidique régulier est une analyse du diabète indispensable pour les personnes vivant avec un diabète de type 1, même si les plus jeunes sont beaucoup mieux sensibilisés et adoptent plus facilement une gestion globale de leur santé que les personnes plus âgées.

Bilan rénal : surveillance du rein

Les reins sont le filtre de l’organisme. Lorsque le rein est endommagé, il laisse passer de petites quantités de protéines, notamment de l’albumine, une grosse protéine qui n’est pas censée être filtrée et qui doit rester dans le sang. La présence d’albumine dans les urines est un très bon signe d’altération de la fonction rénale. Mais attention : cette dégradation initiale de la fonction rénale n’est associée à aucun symptôme.

La créatininémie, c’est à dire la quantité de créatinine dans le sang, normalement éliminée par le rein, est aussi un reflet de l’intégrité du rein. Une augmentation de la créatininémie est le signe d’une dégradation de la fonction rénale.

Le dosage de la créatininémie dans le sang et la recherche de l’albumine dans les urines (albuminurie) font donc partie des analyses du diabète à réaliser régulièrement. En cas d’anomalie de ces bilans, il est toujours possible d’intervenir car on connaît aujourd’hui les moyens de protéger les reins.

Thyroïde et diabète de type 1

Le diabète de type 1 peut être associé à d’autres pathologies auto-immunes. Les atteintes de la glande thyroïde, l’hypothyroïdie et l’hyperthyroïdie font partie de ces maladies auto-immunes.

Ces pathologies thyroïdiennes sont particulièrement associées au diabète de type 1, ce qui explique la surveillance de la TSH, c’est-à-dire de l’hormone qui régule la production d’hormones thyroïdiennes. La TSH varie en cas d’hyper ou d’hypothyroïdie et est un indicateur d’atteinte thyroïdienne associée. Si c’est le cas, des traitements existent pour rétablir un équilibre hormonal.

Il est important de noter que les analyses de diabète demandées par le médecin ou diabétologue ne sont qu’une partie de la surveillance biologique du diabète. La tension artérielle, l’évolution du poids sont elles aussi étroitement surveillées par le médecin et des examens biologiques adaptés à chaque profil peuvent être prescrits.

Connaître et comprendre le suivi et la prise en charge du DT1 est essentiel pour prendre soin de soi ; en collaboration avec son médecin ou son diabétologue, il est possible non seulement de prévenir les complications du diabète, mais aussi d’avoir une excellente hygiène de vie.

Recommandation HAS – Examen biologique systématique

  • HbA1c – bilan initial puis tous les 6 mois si objectif atteint. Tous les 3 mois autrement.
  • Exploration d’une anomalie lipidique (CT, HLD-C, LDL-C, TG) – bilan initial puis une fois par an
  • Créatininémie et estimation du débit de filtration glomérulaire – bilan initial puis une fois par an si absence d’atteinte rénale, selon besoin si atteinte rénale chronique
  • Recherche d’albuminurie sur échantillon urinaire – bilan initial puis une fois par an si absence d’atteinte rénale, selon besoin si atteinte rénale chronique

¹https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/lap_diab_actualis__3_juillet_07_2007_07_13__11_43_37_65.pdf

Sur le même thème

Nous vous recommandons