Mariage et diabète : 4 conseils pour profiter de la fête

Date
Partager

Un mariage, c’est toute une organisation … et souvent quelques excès ! Repas copieux et arrosé, stress et manque de sommeil peuvent alors influer sur votre glycémie. Mais pas question que le diabète vienne perturber la célébration. Mode d’emploi en 4 étapes.

1 | Bien choisir sa tenue

Il est essentiel de penser au confort lors du choix de la tenue. Celle-ci doit permettre un accès facilité au dispositif médical ou aux zones destinées aux injections. On peut par exemple opter pour des fermetures éclair plutôt que des agrafes, fastidieuses à ouvrir. 

Si vous portez une pompe à insuline et/ou un capteur de glycémie, plusieurs solutions s’offrent à vous : 

  • choisir un site de perfusion caché (ventre, cuisses par exemple)
  • porter sa pompe à tubulure sous la jarretière ou dans le soutien-gorge
  • décider de transformer vos dispositifs médicaux en accessoires et les customiser ! (stickers, strass autocollants, vernis à ongle assorti à votre manucure)

Le choix des chaussures n’est pas à négliger. Pourquoi ne pas les prendre avec une demi-pointure au-dessus de votre taille, pour éviter les inconforts liés aux pieds enflés ? Par précaution, les pansements « seconde-peau » seront toujours très utiles pour prévenir – ou traiter – les ampoules. Vous pouvez aussi prévoir une seconde paire de chaussures (plus confortables) pour danser, en deuxième partie de soirée.

2 | Adapter son repas de fête 

Vous pouvez discuter avec votre médecin et votre traiteur pour confectionner un menu qui soit à la fois alléchant pour votre famille et vos amis, et compatible avec vos choix alimentaires. Le cas échéant, n’hésitez pas à vous accorder un menu spécifique, c’est votre jour après tout !

La principale difficulté est de gérer un repas qui peut s’étaler sur plusieurs heures. Du vin d’honneur et ses petits fours jusqu’au partage du gâteau, il peut s’avérer difficile d’anticiper ce qu’on va manger – et dans quel timing.  Mais comme n’importe quel repas de fête, un minimum d’anticipation permet d’éviter les mauvaises surprises.

En ce qui concerne l’alcool, les précautions  d’usage sont d’éviter de boire à jeun, consommer lentement, alterner avec de l’eau et en surveiller les apports en glucides de ses boissons. Et, bien sûr, toujours avec modération. Objectif : éviter l’hypoglycémie et la déshydratation !

3 | Gérer le stress 

Vous avez sans doute passé des semaines voire des mois à organiser cette journée pour qu’elle soit la plus réussie. Il n’est donc pas surprenant que le stress soit au rendez-vous, et avec lui l’hyperglycémie ! 

Quelques conseils pour l’éviter :

  • Ne pas hésiter à rédiger une liste des priorités et déléguer les tâches qui peuvent l’être
  • S’accorder des moments de calme et d’intimité, en solo ou en couple, et pratiquer par exemple quelques techniques de relaxation (courte méditation, yoga, massage…)
  • Bien dormir la veille, conserver le rythme habituel des repas
  • Lever le pied sur la consommation de caféine (thé, café, boisson énergisante, même sans sucre)
  • Prévoir une trousse de secours avec le doublon des doses d’insuline prévues à garder dans un lieu sûr 
  • Prévenir les proches dès les premiers signes de malaise
  • Toujours avoir à proximité de quoi traiter une hypoglycémie 

Quoi de mieux qu’un candy bar pour les hypos surprise ? – @cestmoilamariee

4 | S’écouter toute la nuit 

Ça y est, la nuit tombe et les mariés ouvrent la danse : party time ! N’oubliez pas que danser est comparable à une activité physique d’endurance. Il s’agit donc d’adapter traitement et alimentation à la dépense énergétique. Vérifier régulièrement votre glycémie, boire beaucoup d’eau et prévoir quelques en-cas vous permettra d’éviter le coup de pompe (sans mauvais jeu de mots). Consommation d’alcool et activité physique favorisent la survenue de l’hypoglycémie nocturne. Pensez à prendre quelques précautions simples avant de sombrer dans les bras de Morphée !

… et vive les mariés !

Nous vous recommandons