Y-a-t-il un lien entre diabète de type 1 et troubles de l’érection ?

Date
Partager

Si le diabète n’affecte pas la fertilité, il peut en revanche avoir des conséquences sur la sexualité chez l’homme, et cela peut être une source d’une inquiétude légitime et récurrente chez les plus jeunes comme chez les moins jeunes.

Comme toujours, le diabète de type 1 peut, à un stade évolué et tardif, entraîner certaines atteintes (notamment atteinte nerveuse dans le cadre de la neuropathie, atteinte artérielle des artères vascularisant la verge, ou encore insuffisance en testostérone). Cependant, ces atteintes sont en réalité très rares, et la dysfonction érectile, qui est le trouble le plus fréquemment rencontré, peut avoir en réalité des origines très diverses. 


La dysfonction érectile, c’est quoi ?

La définition de la dysfonction érectile est simple : il s’agit de l’incapacité d’obtenir ou de maintenir une érection suffisante pour permettre une activité sexuelle satisfaisante. Il ne faut donc pas confondre dysfonction érectile et troubles du désir, de la libido ou de l’orgasme.

La dysfonction érectile touche un homme sur trois après 40 ans¹. Elle peut aussi apparaître chez l’homme plus jeune, mais dans ce cas la cause psychologique est souvent plus fréquente.

Comment prévenir la dysfonction érectile ?

Pour prévenir la survenue de troubles de l’érection, la première des choses à faire est de s’assurer que le diabète est bien contrôlé. Le contrôle de la glycémie, le suivi du traitement, l’adaptation de l’hygiène de vie (alimentation et activité physique) sont les piliers d’un diabète équilibré. Cela aura des répercussions favorables sur les problèmes d’érection, mais aussi sur les autres complications du diabète (reins, yeux, nerfs, peau…). 

Autre facteur à considérer : le tabac. Il augmente considérablement les risques de troubles de l’érection

Enfin, les médecins constatent que “la panne” survient généralement après de longs mois de silence sexuel durant lesquels la fonction érectile se dégrade peu à peu. Ne pas en parler à un professionnel de santé, c’est entrer dans un cercle vicieux : la peur devient alors la cause des troubles de l’érection… Face à ces problèmes intimes, il ne faut pas hésiter à communiquer et à solliciter l’aide de son·sa partenaire, ils sont souvent plus faciles à résoudre en couple. 

Sexualité et psychologie

Les facteurs psychologiques comptent pour 10 à 20 % de tous les cas de dysfonction érectile. Le stress, le manque d’estime de soi, la dépression, le blocage psychologique, la baisse du désir (libido…) sont aujourd’hui des causes parfaitement connues de troubles sexuels, qu’il est bien sûr possible de prévenir et de traiter.

Attention au cœur

La dysfonction érectile a des répercussions négatives sur la qualité de vie des hommes, quel que soit leur âge. Elle peut survenir après de nombreuses années d’évolution et une atteinte des vaisseaux et des nerfs dont l’intégrité est indispensable pour une érection normale.           

Prévention et traitement des troubles de l’érection

En plus de traitements médicamenteux, il existe des méthodes moins connues. Les injections intra-péniennes par exemple, et plus précisément intra-caverneuses, sont très efficaces une fois la période d’apprentissage passée. Il existe aussi des méthodes dites mécaniques. Le vacuum est une petite pompe manuelle ou électrique permettant d’obtenir une érection qui sera alors prolongée à l’aide d’un anneau élastique à la racine de la verge. L’implant pénien nécessite quant à lui une opération chirurgicale entraînant une vraie érection mécanique à l’aide d’une pompe placée dans le scrotum, c’est-à-dire le tissu à la racine du pénis ; il s’agit une méthode définitive. 

La dysfonction érectile est un problème aux origines complexes. Considéré comme un sujet tabou pour la plupart des hommes, il est pourtant indispensable d’en parler à un professionnel de santé pour évaluer le trouble de l’érection et convenir d’un traitement adapté. Dans le cas de troubles simples, il ne sera pas nécessaire de faire appel à un sexologue. Le médecin généraliste ou le diabétologue sauront parfaitement traiter ces problèmes. 


¹François Giuliano et al., “Prevalence of Erectile Dysfunction in France: Results of an Epidemiological Survey of a Representative Sample of 1004 Men,”
European Urology 42, no. 4 (October 1, 2002): 382–89, https://doi.org/10.1016/S0302-2838(02)00323-8.

Sur le même thème

Nous vous recommandons