Quatre conseils pour gérer diabète de type 1 et sport d’hiver

Date
Partager

L’hiver est là. Les stations de ski ouvrent leurs portes. Bref, il est bientôt temps d’enfiler la combi et de chausser les skis pour une petite glisse ! Affronter le froid et pratiquer les sports d’hiver n’est pas anodin lorsque l’on vit avec un diabète de type 1. Comment le gérer en toute tranquillité ? 

Diabète et froid, attention à l’hypoglycémie ! 

Lorsqu’il fait froid, l’organisme a une forte tendance à puiser dans ses réserves pour maintenir le corps a une bonne température. Ces réserves, ce sont surtout les glucides. Pour une personne DT1, qui dit glucides, dit diminution des besoins en insuline ! 

Si vous passez votre journée en altitude sur vos skis, votre snowboard, votre luge ou vos patins à glace, cela revient à pratiquer un sport d’endurance. En combinant diabète type 1 et sport d’hiver, vos besoins en insuline devraient être moins importants.

Une fois arriveé·e à la station, n’oubliez pas votre capteur de glycémie pour contrôler régulièrement votre taux de sucre, afin d’adapter vos activités et de mieux gérer les conditions météo. Vu l’activité réalisée tout au long de la journée, il est aussi important de vérifier votre glycémie avant le coucher. 

Si vous êtes sous pompe à insuline, votre insuline basale devra sûrement être revue à la baisse lorsque vous pratiquez des sports d’hiver ; si vous êtes sous injections, ce sera votre insuline lente. De même, les activités de glisse vont également faire diminuer vos bolus si vous êtes porteur·euse·s de pompes, et votre insuline rapide si vous êtes sous injections. 

Risque de gel pour vos appareils de contrôle du diabète 

Gérer son diabète de type 1 aux sports d’hiver implique de faire particulièrement attention à votre matériel de gestion du diabète. L’insuline devient totalement inutilisable si elle est exposée à une température négative (en dessous de 0°C). Pour les personnes qui portent une pompe à insuline patch, au regard des vêtements épais que vous porterez, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes à ce niveau-là. Ceux·celles qui portent une pompe à tubulure, mettez-la au plus près de votre corps ou dans une poche intérieure. La chaleur de votre corps la maintiendra à une température correcte. Pour les personnes sous injections, évitez autant que possible d’emporter vos stylos à insuline sur les pistes. Si vous n’avez pas le choix vu votre programme, gardez votre matériel de contrôle près de votre corps ou dans des poches intérieures. Vous pouvez utiliser une pochette isotherme pour les ranger. Il en est de même pour les autres appareils (lecteur de glycémie capillaire, capteur de glycémie en continu, télécommande de la pompe à insuline, etc.) et leurs récepteurs. 

Diabète et alimentation aux sports d’hiver

On l’a dit, avec le froid, le corps va consommer davantage d’énergie. Alors apportez-lui ce qu’il faut pour l’aider ! Lorsqu’on vit avec un diabète type 1, profiter des sports d’hiver nécessite de commencer la journée par un bon petit-déjeuner à base d’une boisson chaude, de sucres lents tels que le pain, un peu de lipides et de glucides ; le beurre et la confiture complèteront bien, par exemple, ce bon petit-déjeuner.

Pareil pour les repas. Si vous vous êtes dépensé·e, votre corps a besoin de recevoir des féculents et des sucres rapides. Une dose de fibres et de vitamines est conseillée pour conserver une alimentation équilibrée. 

Et puis… la raclette et/ou la fondue sont bien méritées avec tous ces efforts, non ? ? En revanche, ce sont des repas gras, il faut donc tenir compte de leur impact sur votre glycémie. 

Vos repas risquent d’être accompagnés d’alcool, souvent un passage obligé en montagne ! Gardez en tête que l’alcool a un effet hypoglycémiant, pensez à adapter vos doses d’insuline (et consommez avec modération). 

Sur le même thème

Nous vous recommandons