Des œuvres d’art célèbres à travers le prisme du diabète de type 1

Date
Partager
Bonjour et bienvenue dans mon éditorial. Je m’appelle Weronika Burkot (@typeone.bluesugarcube), je suis une artiste et créatrice de contenu polonaise résidant en Belgique. Je vis avec un diabète de type 1 depuis 1995. Je crée des œuvres autour du diabète afin d’inspirer, de motiver et de soutenir la communauté des personnes vivant avec un diabète. Entre autres choses, j’aime voyager, je suis une passionnée de cuisine (j’adore les glucides !) et j’ai un faible pour tout ce qui est mignon (les licornes, par exemple).

L’art comme un moyen d’expression

Beaucoup de personnes disent qu’elles ne savent pas dessiner. Cela n’est généralement pas une question de talent ou de capacité, mais plutôt d’estime de soi. Elles se demandent : « Est-ce que mon dessin est bon ? », « Est-ce que j’ai du talent ? », « Est-ce que c’est de l’art ? ». Nous mettons l’art sur un piédestal auquel seuls les artistes peuvent accéder. Mais l’art, tout comme le langage, est un moyen de penser et de communiquer avec les autres. Ce qu’il faut (et tout ce qu’il faut), c’est être ouvert·e d’esprit.

« La création d’une image visuelle est un aspect important du processus d’apprentissage des humains », Diane Waller, officière de l’Ordre de l’Empire Britannique, Présidente de la British Association of Art Therapists

Les êtres humains créent de l’art depuis la nuit des temps, l’art est dans notre ADN. La création d’images permet l’introspection. L’art nous offre un moyen passionnant de nous exprimer visuellement, d’avoir une réflexion spirituelle, de réfléchir aux changements dans notre vie, de trouver un sens à notre existence et à ce qui vient après. Grâce à des moyens d’expression très simples, une ligne, une couleur et une forme vont former un tout et nous allons donner une signification et un symbolisme personnels à ces types d’expression visuelle.

« L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. », Pablo Picasso

De célèbres œuvres d’art à travers les yeux d’une personne vivant avec le diabète

Le diabète change de manière permanente notre façon de penser et notre perception du monde. Rien n’est plus pareil. À nos yeux, une brique de jus peut nous sauver la vie, une pizza est un piège redoutable et les montagnes russes nous évoquent une glycémie incontrôlée. C’est la même chose avec l’art. Nous voyons peut-être les œuvres d’art à travers un prisme différent de celui d’une personne lambda.

La Nuit étoilée – Vincent Van Gogh

En regardant La Nuit étoilée, nous pouvons contempler la vue qu’avait Van Gogh à travers la fenêtre de sa chambre à l’hôpital psychiatrique de Saint-Rémy-de-Provence (avec quelques détails qui ont été ajoutés). Cette toile hypnotisante me fait penser à une hypoglycémie nocturne : des rêves inhabituels, des hallucinations et des étourdissements. J’ai l’impression d’être téléportée dans la toile de Van Gogh avec ses courbes vibrantes et, lentement, de ne faire plus qu’un avec ses doux limbes célestes « hypo ».

La Colonne brisée – Frida Kahlo

Dans bon nombre de ses autoportraits, Frida Kahlo raconte l’histoire de l’horrible accident qu’elle a vécu et qui a changé sa vie à jamais. La Colonne brisée me fait penser au diagnostic du diabète. Nous pouvons voir qu’elle est isolée, dans un état solitaire. Nous sentons le caractère inéluctable des forces externes qui expliquent qu’elle en soit arrivée là. Son visage reflète la tristesse et la douleur. Au début de leur parcours avec le diabète, beaucoup de personnes se sentent seules, impuissantes et submergées par leurs émotions.

La Persistance de la Mémoire – Salvador Dali

L’une des toiles les plus identifiables de Salvador Dali, et du surréalisme en général, est la Persistance de la Mémoire. Les « montres molles », auxquelles il est souvent fait référence dans la culture populaire, symbolisent la relativité de l’espace et du temps. De mon point de vue, c’est pareil pour l’hyperglycémie. C’est comme si le temps s’étirait, d’une certaine manière, et que nous attendions, vidé·e·s de notre énergie, comme cette forme humaine abstraite que Dali a placée au milieu et qui le représente. Certains d’entre vous verront probablement des symptômes d’hypoglycémie dans ce tableau, et c’est totalement envisageable, car il n’existe pas de manière unique de vivre le diabète.

La Dame à la Licorne (source : Art Gallery NSW)

Les licornes ont toujours été perçues comme des créatures magiques et mystérieuses. Ces six magnifiques tapisseries de l’art médiéval français ont captivé les regards au fil des siècles. D’après la légende, il était impossible d’attraper une licorne, sauf si une jeune fille vierge s’asseyait dans la forêt et attendait que cette créature enchantée vienne à elle. Aujourd’hui, pour les personnes vivant avec le diabète, « attraper une licorne » est synonyme d’avoir une glycémie d’exactement 100 mg/dl ou 5,5 mmol/l. 

Cakes – Wayne Thiebaud

Les gâteaux, tartes, distributeurs de chewing-gum… Voici le monde de douceurs du peintre contemporain californien Wayne Thiebaud. Cet étalage délicieux de gâteaux m’a tout de suite fait penser au phénomène de « hypo hunger ». Je peux m’imaginer manger tous ces gâteaux quand mon taux est bas. Une autre question fréquente qui me vient à l’esprit en regardant cette toile, c’est : « Combien y a-t-il de glucides ? ».

Sur le même thème

Nous vous recommandons