Sorties au parc d’attraction quand on a un diabète

Date
Partager
Bonjour à tou·te·s et bienvenue dans ma chronique ? Je suis Stéphanie, j’ai 42 ans et je suis infirmière. Je vis avec un diabète de type 1 depuis 27 ans, et je suis également maman d’un enfant vivant avec DID depuis 2017.

Vous avez envie de vous amuser en famille et/ou entre ami·e·s, faire des attractions, vivre des sensations fortes et parfois même repousser vos limites ? Effectivement, une sortie dans un parc d’attractions semble être le plan idéal. 

Mais, est-ce possible quand on vit avec un diabète ? La réponse est oui ! Comme beaucoup d’autres choses quand on vit avec un diabète, il faut juste prévoir et prendre quelques précautions.

Le but est que vous fassiez les montagnes russes, pas votre glycémie ! 

Qu’est-ce que le diabète vient faire au parc d’attractions ? 

Pour vivre cette journée à fond et profiter pleinement des sensations qu’elle vous réserve, vous devez savoir que plusieurs facteurs peuvent impacter votre glycémie et donc la gestion de votre diabète. Parmi eux : 

  • La marche : les parcs sont souvent vastes et très étendus. Même si ce n’est pas évident au premier abord, cela constitue de l’exercice physique. Tous ces kilomètres parcourus peuvent causer des hypoglycémies. Pensez à emporter de quoi vous resucrer rapidement dans votre banane ou dans votre sac à dos et contrôlez-vous régulièrement. 
  • L’attente : les longues files d’attente peuvent décaler les repas et nécessiter quelques ajustements pour maintenir votre glycémie à flot. 
  • L’adrénaline : les émotions et les sensations fortes impactent bien souvent la glycémie. Dans mon cas, c’est plutôt à la hausse mais évidemment chaque personne est différente et on ne réagit pas tou·te·s de la même façon. 
  • Les repas : pour ne pas perdre trop de temps et pouvoir faire le plus d’attractions possibles, on déjeune souvent rapidement, sur le pouce. Ça ne devrait pas changer grand-chose par rapport à d’habitude, que vous emportiez votre pique-nique ou que vous déjeuniez dans un des snacks/restaurants du parc. Vous devrez calculer votre bolus en fonction des glucides que vous allez manger. Pour certain·e·s, parc d’attractions rime avec plaisir, il y aura peut-être un petit peu plus de glucides à prendre en compte. Un bolus adapté et en route pour la prochaine attraction ! 
  • Le matériel de gestion du diabète (pompe ou stylos à insuline, capteurs ou lecteurs de glycémie…) : faites attention de ne pas les perdre ou de ne pas les arracher malencontreusement à cause de mouvements brusques, des sensations des attractions, des attaches de sécurité ou barres de protection ou encore de mouvements de foule.

Des facilités d’accès dans certains parcs 

Selon les parcs d’attraction, les personnes qui vivent avec un diabète peuvent bénéficier de “pass” qui leur facilitent l’accès au parc et aux attractions. Ces pass permettent notamment d’éviter les files d’attentes trop longues et ainsi de mieux gérer les fluctuations glycémiques des personnes diabétiques.

Généralement, on ne va pas au parc d’attractions seul·e. Bien souvent, ces formalités d’accès facilité sont valables pour celui·celle qui a un diabète et à minima une personne accompagnante. 

On trouve assez facilement, sur les sites internet des parcs, les conditions particulières d’accès quand on vit avec un diabète. 

La majorité d’entre eux demandent un certificat médical attestant que vous avez un diabète et stipulant que vous avez des difficultés à rester dans des files d’attentes trop longues (risques d’hypo ou d’hyperglycémies…).

Pour ne pas avoir de mauvaise surprise, l’idéal est de vous renseigner avant votre visite. Si vous n’avez pas eu la possibilité de le faire, prévoyez au moins un certificat médical et dirigez-vous à l’accueil du parc qui pourra vous donner plus d’informations sur les formalités en place. 

Pour bénéficier d’un accès facilité, certains parcs requièrent une carte de handicap physique.

Non seulement, toutes les personnes qui vivent avec un diabète n’en ont pas et certaines n’en veulent pas car diabète ne rime pas forcément avec handicap. Mais, c’est un autre sujet qui n’est pas une mince affaire ?

Certaines personnes peuvent obtenir cette carte suite à des complications liées à la maladie chronique (neuropathie, pied diabétique, amputation…).

Ne pas pouvoir participer à une attraction, se retrouver en hypo après deux heures d’attente, avoir envie d’aller aux toilettes au beau milieu de la file d’attente sans aucun moyen d’en sortir, des files d’attente interminables qui nous mettent sur les nerfs et entraînent une hyper… Qui n’a pas déjà vécu ce genre de situations énervantes ? Ces moments où le diabète pointe le bout de son nez alors qu’il n’a pas été invité.

Il faut l’avouer, ces mesures d’accès facilité sont quand même bien pratiques. On n’a pas choisi d’avoir un diabète et il nous accompagne 24/24H. Ces pass nous permettent de profiter plus sereinement d’une sortie dans un parc d’attractions.

Ceci dit, avec ou sans pass, les objectifs restent les mêmes : passer un bon moment, vous amuser, profiter au maximum, tout en limitant l’impact sur votre glycémie et surtout, sans vous mettre en danger.

Attractions et diabète : quelques conseils pratico-pratiques 

Si vous aimez les attractions à sensations fortes, attention aux hyperglycémies qui en découlent. Les sensations fortes entraînent la production d’adrénaline qui est une hormone hyperglycémiante naturelle. Après une peur ou des émotions intenses, elle est présente en excès dans le sang.

Je vous conseille de contrôler votre glycémie avant de monter dans l’attraction et de vous recontrôler 15 minutes après. C’est, en moyenne, le temps nécessaire à l’adrénaline pour montrer ses premiers signes hyperglycémiants.

Là encore, chaque personne est différente. A vous d’apprendre de votre propre expérience et de comprendre la réaction de votre corps aux stimuli d’adrénaline.

Pour les personnes sous pompe à insuline, un petit débit temporaire peut s’avérer utile pour éviter les hyperglycémies qui rendront votre journée moins agréable.

Pour profiter au mieux des attractions et de leurs plaisirs, le challenge est d’éviter les hypoglycémies. Pour les limiter, essayez de ne pas sauter de repas et n’hésitez pas à faire des petites pauses avec un goûter ou un encas si besoin. Les parcs d’attraction regorgent de possibilités alléchantes. C’est toujours mieux que d’essayer de se resucrer dans les montagnes russes… ?

Dans votre sac à dos, prévoyez : 

  • De quoi vous resucrer. Par exemple, des berlingots de lait concentré sucré, des pâtes de fruits, des bonbons… Ils ont l’avantage de resucrer rapidement, d’être discrets et faciles à emporter. Les sachets de sucre peuvent percer dans le sac à dos et les jus sont lourds à porter. 
  • Tout votre matériel de gestion du diabète (pompe ou stylos à insuline, capteurs ou lecteurs de glycémie…) et les consommables nécessaires. 
  • Du matériel de rechange (pompe, capteurs) ainsi que votre schéma de remplacement si vous êtes sous pompe à insuline (matériel de glycémie capillaire et injection d’insuline sous cutanée). 
  • Tous les documents qui vous permettront de justifier de votre état de santé.

Avec tout ça, je crois que vous êtes prêt·e·s. Alors, amusez-vous bien !!!

Sur le même thème

Nous vous recommandons