Tatouage et diabète de type 1 : est-ce compatible ?

Date
Partager

Bonjour à tou·te·s et bienvenue dans ma chronique 🙂 Je suis Stéphanie, j’ai 42 ans et je suis infirmière. Je vis avec un diabète de type 1 depuis 27 ans, et je suis également maman d’un enfant vivant avec DID depuis 2017.

J’ai toujours voulu me faire tatouer. Au début, sur l’épaule puis sur la cheville. Avant de me décider à faire un tatouage, je me suis posée tout un tas de questions : est-ce possible de se faire tatouer quand on est DT1 ? Y-a-t-il des contre-indications ? Quid de la cicatrisation ?… Je vous dis tout sur le tatouage quand on vit avec un diabète de type 1 ! 

Pour rappel, le tatouage est une blessure faite sur l’épiderme dans laquelle on injecte de l’encre pour y réaliser un joli dessin indélébile.

Peut-on se faire tatouer si on est diabétique de type 1 ? 

Vivre avec un diabète de type 1 n’empêche pas de se faire tatouer. En revanche, en plus des mesures d’hygiène qui s’appliquent à tou·te·s, il est recommandé de prendre quelques précautions. Il est vivement conseillé que le diabète soit équilibré. N’oubliez pas d’indiquer à votre tatoueur·euse que vous avez un diabète de type 1 et parlez-en avec votre médecin si vous avez un doute.

Mon tatouage va-t-il bien cicatriser si j’ai un diabète de type 1 ? 

Un diabète équilibré ne présente pas de risque particulier pour la cicatrisation. Ce sont les hyperglycémies chroniques qui pourraient entraîner un retard de cicatrisation.

Est-ce que je risque une infection ? 

Les personnes vivant avec un diabète de type 1 doivent être d’autant plus vigilantes dans la prise en charge des soins. L’artiste tatoueur·euse doit être informé·e de votre diabète. Ensuite, une surveillance accrue des signes d’infection (rougeur, chaleur, douleur…) doit être mise en place après le tatouage. 

Respectez bien les recommandations qui vous seront données au salon.

L’hydratation de la peau est très importante et si vous avez des risques dans votre activité, protégez votre tatouage avec un bandage. Le tatouage non-cicatrisé reste une plaie ouverte, il faut éviter d’y faire entrer les microbes…

Y a-t-il une superficie et/ou une localisation à respecter ?

A priori non, si les précautions sont bien respectées. En revanche, il est conseillé autant que possible d’éviter les tibias, les chevilles et les pieds, ainsi que vos zones d’injection de l’insuline car elles peuvent être plus difficiles à cicatriser. 

Et les tatouages innovants, vous connaissez ? 

Des chercheur·se·s ont mis au point une méthode de tatouage dont la couleur change selon le pH de l’organisme, l’albumine et la glycémie

Le capteur permet de mesurer la glycémie et fait varier la couleur du remplissage du tatouage de vert clair à vert foncé en fonction de la concentration de glucose.

Vous pensez que ça peut vous changer la vie ? Pour l’instant, cela est au stade  d’essai clinique ! Affaire à suivre…

Si vous êtes sûr·e de vous, GO ! 

Une fois que vous avez bien choisi le modèle de dessin ou message qu’il est important pour vous de vous faire tatouer sur la peau, vous êtes prêt·e à franchir le pas avec toutes les clefs d’une belle réussite artistique ! Pour vous faire tatouer, préférez plutôt l’automne ou l’hiver, car il faut éviter l’exposition au soleil et la baignade.

Pendant votre séance de tatouage, il est possible que votre glycémie augmente à cause du stress, de la douleur, de la durée du tatouage… Pas de panique, il n’y a rien d’anormal ! En règle générale, tout rentre dans l’ordre dès le lendemain 😉

Cependant, si la séance de tatouage est longue, pensez à vous accorder des pauses, notamment pour vous resucrer si vous êtes sujet·te aux hypoglycémies.

Si vous ressentez le besoin de discuter de votre projet de tatouage avec votre diabétologue, n’hésitez pas !

Sur le même thème

Nous vous recommandons