Diabète de type 1, baignade & natation : comme un poisson dans l’eau

Date
Partager

Il fait beau, il fait chaud. Ce n’est pas l’envie qui manque d’aller piquer une tête ! La natation est l’une des activités privilégiées de l’été. A la piscine, au bord d’un lac ou en pleine mer, pour faire trempette ou bien pour faire des longueurs, les besoins et les effets seront totalement différents. Alors, lorsque l’on est DT1 et qu’on a une envie de baignade, comment gérer et s’adapter ? 

La baignade, le loisir de l’été !

Qui n’a pas envie de se prélasser au soleil en ces belles journées d’été ? Baignade en eau salée, eau douce ou eau chlorée, lorsque l’on vit avec un diabète de type 1, il faut tout de même prendre quelques précautions

Sous l’effet de la chaleur, il est probable que vous fassiez des hypoglycémies même si vous avez fait vos doses d’insuline habituelles ou que vous avez calculé sans erreur les glucides que vous avez consommés. Cela s’explique par l’effet de la chaleur qui dilate les vaisseaux ; les glucides sont de fait ingérés plus rapidement. Généralement, passées les premières grosses chaleurs, l’organisme s’adapte et l’on peut revenir à des doses d’insuline et à un rythme habituels. Attention, chaque personne avec un diabète de type 1 ne réagit pas de la même manière sous l’effet de la chaleur. 

Pour profiter au maximum de ces moments de détente tant attendus, vous allez peut-être :

  • pique-niquer et/ou goûter
  • vous baigner, 
  • faire une partie de beach-volley ou autre activité de plage
  • rester tranquillement sur votre serviette à bouquiner et/ou à prendre un bain de soleil. 

Vous pique-niquez ? Essayez d’évaluer au mieux la quantité de glucides que vous ingérez. 

Le marchand de glaces vous fait de l’œil ? Faites un bolus !

Vous allez faire quelques brasses ou une partie de volley ? Votre organisme va consommer de l’énergie… Alors, pensez à adapter ! 

Vous restez sur votre serviette ? Vous n’allez pas avoir besoin de beaucoup d’énergie.

Bref, évaluez les glucides que vous absorbez et l’énergie dont vous avez besoin pour vos activités pour définir au mieux votre dose d’insuline. Les besoins de chacun·e sont très différents. Un·e sportif·ve qui fera une partie de beach volley dépensera moins d’énergie que la personne n’étant pas habituée à l’activité physique régulière. 

N’hésitez pas à contrôler régulièrement votre glycémie, surtout si vous n’êtes pas sûr·e de vous et adaptez dès que c’est nécessaire. 

Diabète de type 1 et natation : quelles précautions prendre ?

Il est prouvé que la natation est un sport complet possédant de nombreux effets bénéfiques sur la santé (au niveau musculaire, cardio-vasculaire, respiratoire, articulaire, etc.). Si vous vivez avec un DT1 et que vous pratiquez ou que vous souhaitez commencer la natation de façon régulière, veillez à contrôler votre glycémie avant et après la séance. 

En pratiquant la natation, votre organisme va dépenser de l’énergie. Avant de commencer vos longueurs,  pensez à adapter votre dose d’insuline. Si vous êtes sous pompe à insuline, diminuez ou arrêtez  votre basale. Si vous êtes sous stylos à insuline, diminuez vos doses d’insuline rapide voire de lente. Parlez-en avec vos professionnel.le.s de santé pour obtenir leur recommandations. 

La natation est un sport d’endurance. Côté alimentation, il est donc conseillé de privilégier les sucres lents (féculents) avant l’effort. Pour certain·e·s, il faudra également consommer de nouveau des sucres lents après l’effort pour éviter les hypoglycémies à retardement qui peuvent survenir plusieurs heures après. Et oui, l’organisme continue de travailler même (et surtout) après l’effort !

Chaque personne vivant avec un diabète de type 1 et chaque séance de natation est différente. Alors, si une fois la diminution de vos apports en insuline a fonctionné et pas une autre, ne paniquez pas ! Le DT1 demande une adaptation permanente. Vos besoins sont constamment différents, notamment en fonction de ce que vous mangez, de votre état de fatigue ou de stress, etc. 

Sac, matériel de gestion du diabète et resucrage 

A la piscine ou à la plage, il est essentiel  d’emporter avec soi son matériel et de quoi se resucrer.

  • Pour les personnes portant des lecteurs de glycémie en continu et/ou une pompe à insuline type “patch”, il existe des coques waterproofs qui empêcheront le capteur et/ou la pompe de se décoller au contact de l’eau. Certain·e·s utilisent même des pansements épais. Il en est de même pour le cathéter de la pompe à insuline avec tubulure. 

Si vous préférez que vos appareils de gestion du diabète ne soient pas visibles, la mode est de nouveau aux maillots une pièce, et les shorts longs sont toujours vos meilleurs alliés à la plage. 

  • Pour le matériel qui n’est pas sur la peau (pompe à insuline avec tubulure, stylos à insuline et lecteur de glycémie capillaire) : glissez votre trousse dans votre sac ! A la piscine, vous pouvez laisser vos affaires dans votre casier. A la plage, pensez aux trousses isothermes. Elles éviteront à l’insuline et au matériel de surchauffer, ce qui altère leur efficacité. Rangez-la dans votre sac à l’ombre lorsque vous allez vous baigner. Dans l’idéal, votre insuline entamée peut être conservée aux alentours de 20-25°C. 
  • Glissez dans votre sac de quoi vous resucrer. Une briquette de jus de fruits ou quelques carrés de sucres ne prendront que peu de place dans votre sac et vous serez tranquille en cas d’hypoglycémie.

A la plage, il y a toujours un plan B, vous pouvez aussi rendre visite au marchand de glaces 😉 

Vous l’aurez compris, baignade et natation demandent un peu d’adaptation, mais après quelques journées ou quelques séances, votre DT1 n’aura plus de secret pour vous, même dans l’eau ! 

Sur le même thème

Nous vous recommandons